Les dialogues de Garcia Oliver

Extrait des mémoires de Juan Garcia Oliver Début novembre 1936. La CNT est au gouvernement de Catalogne depuis un mois. Garcia Oliver y est secrétaire général à la Défense. Le comité des milices a été dissout. Cette fois, le comité national de la CNT accepte de participer au gouvernement de Madrid avec 4 ministres. Horacio Prieto secrétaire national de la CNT vient proposer le ministère de la justice à Garcia Oliver. - L’entrée de la CNT dans le gouvernement de la République a...
Extrait des mémoires de Juan Garcia Oliver Fin septembre 1936, la CNT décide d'intégrer le gouvernement de La Generalitat de Catalogne. Le Comité des milices vit ses dernières heures... (...) Ce matin-là, pratiquement dépossédé de mes fonctions au Comité des milices, je suis allé à la Maison CNT-FAI pour voir comment ils préparaient l’entretien solennel de présentation des trois conseillers. Dans divers secrétariats du Comité régional il y avait pas mal d’allées et venues,...
Extrait des mémoires de Juan Garcia Oliver Garcia Oliver, encore au Comité des milices de Catalogne, est aux prises ici avec le chef du gouvernement républicain Largo Caballero au sujet de la venue des brigades internationales... Aurelio Fernández avait su s’entourer de compagnons efficaces comme Luzbel Ruiz, « Barberillo » et Portela. Après notre départ du Club nautique, il avait installé les services de la Sûreté intérieure au Ministère de l’Intérieur. Un problème pas...
Extrait des mémoires de Juan Garcia Oliver Juan Garcia Oliver reçoit au Comité Central des Milices Anti-fascistes de Catalogne(1) le compagnon Montserrat venu le voir au sujet de l'or de la Banque d'Espagne qui, comme chacun sait, est parti dans la poche à Staline... - As-tu des informations sur ce que fait le gouvernement de Madrid de l’or de la Banque d’Espagne? - Non, je n’en sais rien. - Dernièrement, j’ai du faire pour l’Organisation des démarches qui m’ont mené...
Extrait des mémoires de Juan Garcia Oliver (…) Au cours de l’avant-dernier repas que nous prîmes ensembles, Rosenberg (1) me suggéra : - Vous n’ignorez pas que, dès les premiers mois de la révolution, en URSS, nous dûmes accepter des négociations de paix. La paix de Brest-Litovsk. Pour l’obtenir, nous dûmes réduire nos aspirations, ne conservant qu’une partie d’entre elles. Peut-être qu’une même opportunité se présentera à vous. Que décideriez-vous si c’était le...