Ce que j'ai appris dans la vie / Angel Pestana

Télécharger
avis de parution.pdf
Document Adobe Acrobat 1.7 MB

Angel Pestaña

Un anarcho-syndicaliste dans les années d'avant la guerre civile espagnole

 

Angel Pestaña nait à Santo Tomas de Ollas (Léon) le 14 février 1886 et meurt à Barcelone en 1937. Tout au long d'une vie agitée il développe une activité peu commune. En même temps il lui revient de vivre, quelquefois comme protagoniste, des événements d'une grande importance dans l' histoire du mouvement ouvrier espagnol. Tout cela lui donne une expérience indiscutable qu'il raconte d'une manière confidentielle, intime et sincère, dans « CE QUE J'AI APPRIS DANS LA VIE ».

Comme toile de fond de toute son activité postérieure, il raconte son enfance malheureuse, ses premiers pas dans l'ambiance du travail, ses migrations à l'étranger, ses premières collaborations à « Tierra y Libertad » et ses contacts avec les centres confédéraux avec lesquels il restera lié toute sa vie (...)

 

 

20 ans de prison / les anarchistes dans les geôles franquistes

Juan Busquets Verges

280 pages - 20 € - isbn :  979-10-90530-13-3

 

[...] J’ai suivi, enfant et adolescent en exil, les hauts faits de ces guérilleros mythiques qui donnaient leur vie à cet idéal qui sera aussi le mien. J’ai vu ma mère pleurer trop souvent lorsque un tel ou tel autre qui était passé à la maison la semaine dernière était “tombé”. Je me suis donc attelé à cette tâche avec beaucoup de tendresse et plus de coeur que de tête. Dés le début j’ai compris l’impossibilité qui serait la mienne de rendre l’extraordinaire ambiance de cette période dans ce milieu anarcho-syndicaliste, ambiance si bien décrite par l’auteur, où il suffisait d’arriver en disant que l’on était un compañero pour que la porte s’ouvre, et que la compañera ajoute de l’eau à la soupe (comme disait Kropotkine en exil à Londres).[...] [...] Je ne sais si j’ai réussi à rendre la richesse de ce livre, contrepoint et interpénétration de l’autobiographie d’un homme, d’une période de l’histoire d’Espagne, de l'expression d’une idéologie inébranlable et d’une incroyable galerie de portraits.[...]

 

Note du traducteur, Renacer Soler


L'écho des pas

Juan Garcia Oliver

640 pages - 25 € - isbn : 979-10-90530-08-9

 

L'écho des pas est resté jusqu'à ce jour inédit en français. A sa parution originale en espagnol en 1978, « le pavé de Garcia Oliver -650 pages- y produisit quelques effets, dont l'irritation ne fut pas le moindre. C'est que le bonhomme avait l'avantage d'exaspérer d'abord les siens, et ce depuis longtemps » comme l'écrit Freddy Gomez qui signe la préface de cette édition française.

Quand il proposa au Plenum du 23 juillet 1936 que la CNT prenne tout le pouvoir en Catalogne, Garcia Oliver ne fut pas suivi. Seul le canton du Bas Llobregat vota pour sa proposition. C'est le ralliement à l'idéologie de front républicain qui prévalut... Pour Garcia Oliver, tout s'est joué ce 23 juillet. "Je n’en revenais pas. C’était le Plénum de fédérations locales et cantonales le plus insolite. Des délégués convoqués dans l’urgence et ignorant ce dont on allait parler dans cette assemblée, venaient d’adopter des positions qui jetaient par terre tous les accords fondamentaux de la CNT ignorant les aspects les plus élémentaires de son histoire d’organisation fortement influencée par le radicalisme anarchiste", écrit-il. 

Le témoignage de celui qui fut, depuis 1919, un des hommes clé de la CNT, tour à tour garçon de café, organisateur de syndicats, homme d'action revolver au poing et... ministre de la justice est incontournable (...) Il s'agit des mémoires parues en 1978, inédites en Français de celui qui "n'a pas voulu occulter tout ce qui jusqu'alors avait été censuré même par les propres anarchistes ou traité de façon obscure dans l'histoire de la CNT. En définitive, il ne se tait pas pour critiquer les mythes et les martyrs de l'anarchisme."

 

Echos de l'Echo :

L'écho des pas par les Giménologues (Fev. 2015)

Chroniques sur Garcia Oliver dans la revue "A Contre-tremps" (2004)

L'entretien filmé de Freddy Gomez avec Garcia Oliver en 1977

Lire quelques extraits dans "les dialogues de Garcia Oliver"

Télécharger
Garcia Oliver, un anarchiste au pouvoir
Recension dans L'Ours, février 2015, par Sylvain Boulouque
rescension dans L'ours fev.15.pdf
Document Adobe Acrobat 169.3 KB

Guerre, exil et prison d'un anarcho-syndicaliste

 Cipriano Mera

328 pages / 22 € / isbn : 978--2-9512715-9-3

 

Le témoignage offert dans ces pages a, entre autres, le mérite d’exposer de façon simple et concise la participation des unités de la C.N.T. dans un des secteurs géographiques les plus chauds de la guerre civile: la zone du centre de l’Espagne. Son auteur, Cipriano Mera, militant anarcho-syndicaliste notoire, se trouvait derrière les barreaux de la prison Modelo de Madrid lorsque la rébellion militaire éclata. Dès sa mise en liberté, il prit les armes pour ne plus les abandonner qu’au dernier jour de la guerre. Il nous raconte son expérience sans ambages ni circonlocutions, par le vif. Sans éluder certains aspects doctrinairement discutables, comme la militarisation des milices, Mera, témoin mais surtout acteur, assume l’entière responsabilité de son intervention. Il ne passe rien sous silence et évite les justifications a posteriori. Il nous dit sa guerre.(...)

 

Extrait de la préface de Fernando Gomez Pelaez

À propos de livre :

Recension du livre dans le Monde Diplomatique (dec 2012)

Recension sur le site Dissidences par Georges Ubbiali


Le réseau d'évasion du groupe Ponzan

Antonio Tellez Sola

408 pages / 22 € / isbn : 2-9512715-4-9

 

Francisco Ponzan faisait partie du service de renseignement des Colonnes Confédérales de la CNT sur le front d'Aragon dans les années de la guerre civile espagnole (1936/1939), il mit ses compétences au service de la Résistance dans le Sud-Ouest toulousain en mettant en place un réseau d'évasion par la frontière espagnole...

Un document indispensable.

À propos du livre :